Auteur :
Catégorie :

Live Aid 1985 : comment c'était ?

Le festival de musique rock caritatif le plus cool de tous les temps !

Festival de musique Live Aid 1985 : comment était-ce ?

Plus de 70 groupes et artistes de renom, un public de deux milliards de personnes, dont Sa Majesté la Princesse Diana et Son Altesse le Prince Charles, plus de deux cents tubes qui sont devenus le symbole de toute une époque... tout cela grâce à Bob Geldof, qui a organisé le festival de musique culte Live Aid 1985. Comment c'était ? Plongeons ensemble dans l'histoire !

Live Aid 1985 : Quelle est sa valeur pour l'histoire de la musique ?

Le 13 juillet 1985 a eu lieu l'énorme, mais inimitable, festival musical caritatif Live Aid. L'idée de cet événement de grande envergure est venue à Bob Geldof, le célèbre musicien de rock irlandais et désormais activiste social. Avec un concert réunissant les stars du rock les plus populaires du monde qui a duré seize ( !!!) heures, Geldof voulait attirer un maximum d'attention sur le sujet de la faim et faire don de l'argent récolté aux personnes affamées d'Éthiopie. Même le nom du festival lui-même fait allusion à cet objectif : Live Aid se traduit par "aide en direct".

Le Live Aid est largement considéré comme le plus grand événement de l'histoire de la musique mondiale ! Bien sûr, il y a eu Woodstock, mais c'était loin d'être aussi grand que ça. Pensez-y : à cette occasion, l'une des plus grandes diffusions par satellite de l'histoire de la télédiffusion a été organisée - environ deux milliards de téléspectateurs de plus de 150 pays ont suivi l'événement en direct dans les stades ! Cet événement historique a eu lieu dans deux villes en même temps : Le stade Wembley de Londres, avec environ 82 000 visiteurs, et le stade John F. Kennedy de Philadelphie, avec environ 99 000 spectateurs. Jamais auparavant ou depuis, un festival de musique n'a été aussi génial ! Pour participer à cet événement, certains des artistes les plus populaires des années 80 se sont réunis. Parmi les quelque 70 participants figuraient des génies de la musique tels que Elton John et Paul McCartney, Queen et David Bowie, Sting et Bryan Adams, ainsi que Phil Collins, les Boomtown Rats de Bob Geldof et bien d'autres encore...

L'organisateur du festival est Bob Geldof. Photo : Steve Rapport
L'organisateur du festival est Bob Geldof. Photo : Steve Rapport

Ce qui a poussé Geldof à organiser le Live Aid

Bob Geldof a eu l'idée d'organiser un grand événement caritatif alors qu'il se trouvait au Soudan. Là-bas, le musicien a été frappé par le fait qu'en raison du cartel des transports portuaires, les denrées alimentaires étaient constamment retardées et que les habitants devaient mourir de faim... Par tous les moyens, Geldof a décidé de lutter contre ce problème. Dès son retour en Angleterre, il a commencé à préparer activement le festival. Avec le produit de la vente des billets, le plan était d'acheter de nombreux camions pour apporter la nourriture et d'autres produits au Soudan à temps. Pour réunir les fonds, Bob a décidé d'inviter les chanteurs les plus populaires et les groupes les plus connus au festival. L'idée était qu'ils se produisent tous sur deux continents en même temps. Ainsi, le stade de Wembley à Londres et le stade John F. Kennedy à Philadelphie ont été choisis comme sites. Geldof a conçu un concept de diffusion très intéressant : les représentations passeraient d'un stade à l'autre, ce qui permettrait aux téléspectateurs de suivre le grand concert dans sa globalité.

Avec ses amis Midge Ure et Harvey Goldsmith, qui partagent les mêmes idées, Geldof a usé de toutes sortes de ruses pour que les artistes acceptent de participer au festival. Par exemple, Bob a téléphoné à Elton John pour lui dire que Queen et David Bowie avaient accepté de participer au concert, alors qu'en fait, aucun des deux n'en savait rien. Et puis Geldof a appelé David Bowie et lui a assuré qu'Elton et Queen 100% participeraient. Tout cela n'était qu'un mensonge, mais très efficace. Plus tard, la BBC a accepté de diffuser le concert et a annulé les diffusions télévisées précédemment prévues pour les besoins de ce marathon de 16 heures. L'organisateur de l'événement musical craignait qu'aucun des artistes n'arrive à l'heure prévue et que lui et son groupe Boomtown Rats aient à se produire pendant les 16 heures ! De toute évidence, un tel concert n'aurait pas permis de récolter beaucoup d'argent, et l'idée aurait finalement été un échec...

Plus de 72 000 personnes se présentent au stade de Wembley
Plus de 72 000 personnes se présentent au stade de Wembley

Puis vint le moment que tout le monde attendait... Le 13 juillet 1985 à 23h30, toutes les stars invitées sont arrivées. Ils étaient alignés, discutant, s'échauffant pour la performance et se regardant simplement les uns les autres. Tout le monde attendait son heure X.

Live Aid - comment c'était ? !

Un ensemble froid pour une couverture de concert
Un ensemble froid pour une couverture de concert

Le concert de bienfaisance emblématique a débuté au stade John F. Kennedy, à Londres, à midi pile. Puis Philadelphie s'est joint à l'événement, dont le coup d'envoi a été donné à 13h51. À l'origine, le festival était censé durer environ 16 heures, mais comme de nombreux artistes voulaient y mêler de l'improvisation, la durée du spectacle a été beaucoup plus longue. Par exemple, à Wembley, le concert s'est terminé à 22 heures, tandis qu'au John F. Kennedy Stadium, il ne s'est pas terminé avant 4 heures du matin.

Londres. À 12 heures précises, le célèbre présentateur radio Richard Skinner annonce le début du concert, qui démarre avec l'hymne national chanté par les Royal Guardsmen. Les premiers à ouvrir le festival sont Status Quo avec "Rockin' All Over the World". Immédiatement après la brillante prestation, les membres du groupe, ne trahissant pas la "tradition rocker", font le "plein" de carburant et restent pour profiter de la musique et passer un bon moment avec tout le monde ! Comme l'ont rappelé plus tard les festivaliers et les participants, cette journée a été vraiment magique ! Personne ne s'était jamais senti aussi bien dans sa vie... Les invités n'étaient pas seulement une bande de gens qui avaient dépensé beaucoup d'argent pour voir leurs idoles. Ils faisaient eux-mêmes partie du programme ! Il y avait du chant, de la danse et beaucoup d'euphorie sur scène... Il faisait chaud à Londres et c'était un grand jour !

Après Status Quo, The Style Council entre en scène, suivi de Bob Geldof et ses Boomtown Rats. Dans une interview, le musicien s'est souvenu :

"J'ai immédiatement ressenti la grandeur de ce qui se passait dès que nous sommes montés sur scène. Le bruit de la foule immense, les visages heureux des gens qui sont venus au concert... Nous jouions une très vieille chanson "I Don't Like Mondays". Tout le monde la connaissait en Angleterre, alors les invités l'ont chantée avec nous à l'unisson. Il y a une ligne comme : "...Et la leçon d'aujourd'hui est comment mourir..." Eh bien, c'est en ce jour mémorable qu'il a pris une signification particulière. Quand je l'ai atteint, j'ai levé la main et je me suis figé. C'était comme si les mots étaient suspendus dans l'air. Je ressemblais à une sorte de politicien ou de seigneur que tout le monde voulait suivre. Le public a commencé à devenir fou ! Le bruit a augmenté plusieurs fois, voire des dizaines de fois ! À ce moment-là, je suis resté complètement calme. Je voulais me souvenir de ce sentiment pour toujours, le ressentir...".

Après Howard Jones, Brian Ferry et son équipe de Roxy Music montent sur scène. Mais dès le début du spectacle, les choses se sont gâtées pour les gars : le batteur s'est tellement laissé emporter par l'excitation qu'il a réussi à déchirer le tambour pendant la première chanson !

Vers la deuxième ou troisième piste, la guitare de David Gilmour est tombée en panne, et quant au chanteur lui-même, il s'agissait plutôt d'une blague ironique - le microphone de Brian a cessé de fonctionner brusquement ! Un machiniste lui en a apporté un autre et Ferry s'est produit avec deux microphones en même temps, car il ne savait pas dans lequel il devait chanter.

Paul Young et Alison Moyet se produisent ensuite, et à 17 heures précises, Bob Geldof accueille Philadelphie. Le premier musicien dont le public a vu la performance des deux côtés de l'Atlantique est Brian Adams. Curieusement, l'interprète est monté sur scène avant d'être annoncé par Jack Nicholson.

Nicholson diffuse sur le téléprompteur américain alors que U2 monte sur la scène de Wembley. Comme un ouragan, Bono sort le premier et les invités apprécient "Sunday Bloody Sunday". On joue ensuite "Bad", pendant lequel l'attention du chanteur est captée par une fille. La foule agitée l'a pressée jusqu'à la scène. Bono a essayé de faire des allusions aux agents de sécurité pour qu'ils l'aident, mais ils n'ont pas compris ses allusions. Puis le chanteur lui-même saute par-dessus la barrière et tire la femme stupéfaite sur la scène ! Maintenant, elle fait partie du programme : elle et Bono dansent ensemble, ce qui rend les spectateurs extrêmement heureux ! Apparemment, l'artiste a beaucoup apprécié, car dans ses spectacles ultérieurs, il a également choisi des filles dans la foule et a dansé avec elles !

Brian May, le guitariste de Queen, s'en souviendra plus tard :

"On ne pouvait pas dire que U2 était un groupe célèbre à l'époque, mais en les regardant jouer, je me suis rendu compte que ces gars-là avaient un grand avenir...".

À 17 h 40, les Beach Boys " explosent " littéralement dans le stade John F. Kennedy. Parmi tous les interprètes, le groupe s'est avéré être le premier vétéran des années 60 et 70. Après eux, le public londonien a pu apprécier les créations de Dire Straits et de Queen. Cette dernière équipe a tout simplement mis la scène en pièces ! Queen s'est avéré être les étoiles les plus brillantes du festival ! L'incomparable Freddie Mercury a enthousiasmé la foule en interprétant les tubes les plus légendaires du groupe. L'artiste a même joué de la guitare dans l'une des chansons, ce qui est très rare pour lui. C'était vraiment les 21 minutes les plus étonnantes du concert...

Vers 19 heures, Chevy Chase présente aux invités de Wembley la vidéo de collaboration entre David Bowie et Mick Jagger pour "Dancing in the Streets". Les musiciens avaient initialement prévu de se produire ensemble, mais un dysfonctionnement de la vidéo les en a empêchés... Ils ont donc dû tourner un clip pour le morceau qu'ils s'apprêtaient à interpréter.

La brillante performance de Freddie est devenue le symbole du festival.
La brillante performance de Freddie est devenue le symbole du festival.

En parlant de Bowie, il convient de noter qu'il s'est également distingué des autres interprètes, au même titre que Mercury. Le musicien était le seul sobre parmi tous les participants, et il était impeccablement habillé. Sans vouloir offenser les fans, la plupart des artistes n'avaient pas l'air solennel... L'organisateur du festival, Bob Geldof, était assis à côté de la royauté... Après avoir terminé sa performance, Bowie a présenté les images montrant les terribles images de la famine en Éthiopie.

Tout cela était accompagné de la chanson sincère "Drive" de The Cars. Pendant le spectacle, Bowie a même pleuré et a déclaré qu'il renonçait à une autre de ses chansons pour montrer ce...

Au final, la vidéo choquante a été le point fort de l'événement. C'est après sa diffusion que le public a commencé à remettre beaucoup plus d'argent qu'à tout autre moment du festival.

Tout le monde chante "Do They Know It's Christmas".
Tout le monde chante "Do They Know It's Christmas ?".

M. Geldof a indiqué par la suite que le don le plus important provenait d'Irlande, alors que ce pays traversait à l'époque la plus grave crise économique. Le don le plus important a été celui d'une famille de Dubaï, qui a fait don d'un million de livres au fonds de secours ! Au total, Live Aid a permis de récolter au moins 40 à 50 millions de livres sterling !

Les moments marquants du Live Aid

Ce festival peut également être qualifié de légendaire car c'est grâce à lui que deux célèbres retrouvailles ont eu lieu ! Pour la première fois depuis la mort de John Bonham, les ex-membres restants de Led Zeppelin : Robert Plant, Jimmy Page et John Paul Jones se sont produits sur la même scène (en Amérique). Ils étaient accompagnés par Phil Collins. D'ailleurs, ce dernier a réussi à aller à deux concerts ce jour-là !

Led Zeppelin s'est réuni pour une bonne cause au stade John F. Kennedy en 1985. Mais ils ne se sont pas bien comportés... Ils ont donc interdit la diffusion de leur spectacle sur DVD et CD.
Led Zeppelin s'est réuni pour une bonne cause au stade John F. Kennedy en 1985. Mais ils ont mal performé... Alors ils ont interdit leur performance sur DVD et CD.

Collins s'est d'abord produit à Wembley avec Sting, puis s'est envolé pour les États-Unis à bord du Concorde (l'avion de ligne le plus rapide du monde) pour rejoindre Eric Clapton et Led Zeppelin. Le chanteur a ensuite partagé :

Phil Collins
Phil Collins

"Il faisait très chaud à Londres ce jour-là. La scène était blanche, mais cela ne m'a pas sauvé du soleil brûlant. Après le spectacle, j'ai attendu environ deux heures un hélicoptère pour rejoindre l'aéroport d'Heathrow avant de m'envoler pour les États-Unis. Dès que j'ai embarqué dans l'avion, j'ai réalisé que je serais le seul musicien à monter sur deux scènes ce jour-là ! Les autres participants avaient prévu de le faire aussi... Il se trouve que Cher était sur le vol avec moi. Elle ne savait rien du festival, mais elle a simplement décidé de soutenir le concert et de se produire avec tous les artistes lors de la finale...".

Un spectacle en Angleterre :

Aux États-Unis :

Lorsque Collins a atteint le stade, il a compris qu'il ne s'agissait pas tant d'une performance commune avec Robert Plant que d'une réunion de Led Zeppelin ! En fait, le second batteur, Tony Thompson, n'était pas très heureux de l'arrivée de Collins, et dès que tous les musiciens furent sur scène, il devint évident qu'il n'y aurait pas de tandem fluide... Thompson joua tout le programme au hasard, et après la performance, les musiciens se disputèrent. Chacun a blâmé l'autre pour l'échec de la performance et Jimmy Page a interdit toute sortie en DVD. Pour être honnête, leur performance était vraiment faible, et cela se voyait à l'œil nu. Le sentiment était que seuls Page et Collins faisaient de leur mieux ce jour-là.

Ici, à Philadelphie, il y a eu une autre réunion frappante, qui a été un double cadeau pour de nombreux fans ! Ozzy Osbourne, qui avait auparavant quitté Black Sabbath, est revenu dans son ancienne loge rock ! Le groupe a interprété tous ses plus grands succès, notamment "Ironman" et "Crazy Train".

Un autre moment mémorable a été la performance de Mick Jagger et Tina Turner. Alors qu'elle chantait "It's Only Rock and Roll", la chanteuse s'est tellement impliquée dans la danse qu'elle a frappé le pied de son célèbre partenaire avec son talon ! Et puis le légendaire incident de déchirure de la jupe est arrivé. Il s'est avéré qu'il s'agissait d'une scène planifiée à l'avance qui a figuré pour toujours sur la couverture de Life !

La performance de Sade...

Avec Queen, la perle du festival était la merveilleuse Sade et son équipe de musiciens... La chanteuse a interprété 3 tendres compositions : "Why Can't We Live Together", "Is It a Crime" et "Your Love Is King". Mais nous parlerons du dernier : léger et sincère, dont le titre se traduit par "Your Love Is King" ("Couronné par mon cœur"). Cette chanson a charmé le public, et au moment où Sade enlève ses vêtements d'extérieur, le solo de saxophone s'intensifie et le public couvre littéralement l'équipe sur scène d'applaudissements nourris !

La façon unique de chanter de Sade est à couper le souffle : un timbre astucieux, des mouvements de main intéressants... Et ses expressions faciales ! Son élégance extérieure est indéniable : en tant qu'ancienne styliste, elle s'est toujours habillée à sa guise. Cela souligne la légèreté et la pureté de sa musique et de ses paroles...

Sade et son groupe se sont produits au stade de Wembley. Leur performance a commencé à 14h55 et a duré environ 20 minutes. Pour le public qui remplissait l'arène, ce fut certainement l'un des souvenirs les plus marquants de cette journée...

What I'd Say est un rock 'n' roll chic de Jose Feliciano qui remontera le moral de n'importe qui.

Musicien José Feliciano - discographie du grand guitariste, œuvre, récompenses Aujourd'hui, les musiciens latino-américains atteignent un nouveau niveau : ils conquièrent facilement la scène mondiale et acquièrent...

Muddy Waters et Mick Jagger se retrouvent sur scène - la meilleure collaboration de l'histoire du blues.

Bluesmen Muddy Waters et Mick Jagger : Biographie, collaboration, performance commune Les collaborations entre musiciens de rock ne sont pas un phénomène nouveau. Les Beatles et Eric Clapton, Queen et David...

John Entwistle : sa rencontre avec Pete Townsend, la formation des Who et l'importance qu'il a eue au-delà de son rôle de "simple bassiste".

Biographie du guitariste basse du Who, John Antsville : carrière, discographie, héritage. Ce sont ceux qui jouent de la guitare à quatre cordes et qui sont responsables de la section rythmique qui reçoivent le plus de blagues...
Articles connexes

L'histoire d'une beauté à la voix douce : Hope Sandoval

Tout sur la chanteuse Hope Sandoval : jeunesse, ascension de la star et succès Parfois, les artistes underground ne veulent pas devenir célèbres parce que les grands labels qui les trouvent au bout d'un moment...

The Residents - le groupe de rock le plus énigmatique de l'histoire

Tout sur les Residents : histoire, mystique et style Il existe de nombreux musiciens dans l'industrie musicale qui sont devenus populaires pour leur originalité. Ces artistes sont généralement...

"Blue Eyes Crying in the Rain" : la dernière chanson chantée par le roi des Presley.

Tout sur la chanson "Blue Eyes Crying in the Rain" : quand et par qui elle a été interprétée, histoire et reprises. La perte d'une idole est toujours un événement très traumatisant, mais comment...

Lemmy Kilmister et ses meilleurs rôles au cinéma

Tout sur Lemmy Kilmister : succès du groupe, rôles au cinéma, biopic sur la légende. Les stars du rock qui ont fait de la musique leur vie et apporté d'énormes contributions au genre ont montré...

La célèbre chanson à succès de Zero, dont tout le monde a vu le clip.

Histoire de la chanson "I'm Coming, Smoking" de Zero : faits intéressants, clip "Song of Unrequited Love for the Motherland" est un album aux succès incontestables, qui fait partie des icônes...

En tant que membres de groupes de rock, ils étaient des légendes mondiales, mais leurs "solos" sont oubliés même par les fans.

Les membres de groupes de rock emblématiques qui ont tenté sans succès de se construire une carrière solo fulgurante. Les histoires de comment les musiciens ont réussi à construire une carrière solo éblouissante après avoir quitté le groupe...

Elle a donné naissance à une enfance : en souvenir de la légendaire Elena Kamburova

Tout sur Elena Kamburova : enfance, développement de la créativité, célébrité Tous les spectateurs ne peuvent pas apprécier la contribution spirituelle de l'artiste à la créativité, mais il y a des gens qui comprennent...